Zombie - Mobilité Morbide

Aller en bas

Zombie - Mobilité Morbide

Message par Gautier le Ven 28 Sep - 16:25

Hello,
Un petit sujet pour les comptes rendus de nos parties de Zombie ou tout autre sujet affraid
Cordialement,
Gautier.

Gautier

Messages : 34
Date d'inscription : 17/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Ven 28 Sep - 16:28

"Oui Rachel ?"
"Le patron vous demande monsieur !"
"Le patron ? Weyland ?"
"Vous en connaissez un autre ?"
C'est ainsi que Bob s'est retrouvé devant la porte de Monsieur Weyland, l'homme dont le patronyme le toisait du haut de la tour où il travaillait ces dix dernières années.
Il était pourtant sûr de n'avoir rien fait de mal. Pour faire quelque chose de mal, il eut fallut qu'il fasse quelque chose. Or il s'évertuait à surtout rester sous les radars.
Tout est ensuite allé très vite : il s'était vu confié la responsabilité d'une filiale, "Le Piton", à Desert Hills, avec effet immédiat, et départ le lendemain à 09h. Weyland lui a aussi confié un colis à remettre au médecin sur place, mais l'entretien s'est terminé avant que Bob ait compris ce qui lui arrivait.
C'est Isabela qui a été surprise de le voir débouler dans son bar, tout sourire avec sa boite pleine de ses affaires personnelles. Elle n'avait jamais vu Bob quitter son boulot avant 19h.
"T'as été viré ?"
"Promu !"
Il n'a pas fallu longtemps pour la convaincre de partir, elle et la gosse. Il a suffit d'inventer un avenir plein de possibilités et d'aventures pour que cette éternelle rêveuse rassemble ses affaires et prenne ses dispositions pour être prête à partir.
Le seul problème, c'était la gamine. Elevée dans un rade cradingue coincé entre deux immeubles de L.A., la pauvre n'a pas eu toutes les chances de son côté. Complêtement idiote et assistée, elle a pour habitude de se fourrer systématiquement dans toutes les galères possibles, pour en sortir en usant de son charme et de ses mensonges. Impossible pour Isabela de la laisser sur place - à qui confier ce cadeau empoisonné ? - il fallait mettre la main sur elle, regrouper ses affaires et la préparer à quitter la ville.

Pendant que sa compagne s'occupait de son impossible môme, Bob appela son cousin Wilford. Il lui fallait quelqu'un sur qui compter dans ce nouvel environnement, et Willy était le meilleur.
Bon, le seul, d'accord.
Bob savait qu'avec de l'argent, beaucoup d'argent, il pouvait convaincre Bob de fermer son garage et de le suivre dans l'ouest.
C'est ainsi qu'ils se sont tous retrouvés à la gare de L.A., le lendemain, à 09H.

Quelque chose clochait.
Le train qu'ils devaient prendre était blindé. Des plaques de métal recouvraient les wagons et la locomotive. Peu d'ouvertures, des meurtrières aux fenêtres, l'ensemble avait presque l'air menaçant. Rien n'était engageant, sauf le dernier wagon. Un ancien wagon de voyageurs en bois, presque vintage, terminait ce train de manière surprenante.

Vu le peu d'affluence sur le quai, le conducteur du train les a facilement repéré.

[WIP]
Conducteur de train équipé de protections
Nous affecte au dernier wagon qui semble ajouté au reste. Ne va pas avec le reste, semble ancien, plus "classique"
3 personnes dans le wagon : 2 femme, en noir même robe
un homme dans le fond militaire
on s'installe près de l'entrée
le train part
Les femmes en noir jettent des regards méprisants aux hommes. Le militaire a l'air plus engageant
Maman et moi allons vers les femmes. Elles disent lutter contre le mal. Elles font partie d'un groupe appelé "Les sœurs de Lilith"
Wilford va voir le militaire. Il le remercie d'avoir mis à disposition ce wagon vintage. Ça le change des trains blindés sans fenêtres et de la compagnie de ses soldats.
Papiers devant lui ressemblent à un plan d'attaque
Une heure de voyage
Le train s'arrête. On descend sur le quai en bois
2 hommes attendent des cow-boys ils semblent surveiller une charrue qui vide son chargement dans le train
Bob demande si on est bien à Desert Hills. Il prend des renseignements sur le Piton : 2h au nord
On pourra trouver une voiture chez Joe.
En parcourant la grande rue on traverse des quartiers de maison délabrée et on arrive à un mur d'enceinte surmonté d'une tour d'où nous surveille un garde
Après avoir traversé l'entrée on tombe sur une petite place où on trouve une auberge une écurie un bar épicerie
À l'auberge on propose à Wilford des filles presque pas sales. Lorsqu'on demande chez Jo on nous indique la casse
Au bar/saloon ils sont surpris de nous voir. La dernière visite remonte à 1 ans quand le médecin est arrivé pour prendre ses fonctions au Piton. Ils ne savent pas vraiment ce que c'est (une centrale nucléaire ? Un hôpital ?) j'attendris le shérif pour qu'il nous protège. Il m'offre un jus d'orange.
On nous a dit qu'un militaire errant a été trouvé près du restaurant des Andersons
Il est au poste de police. Il semble appartenir au Piton.

Bill le sheriff
Mephisto le doc et son assistante y'a un an
On va voir le militaire
On trouve l'adjoint. On lui explique qu'on va voir le prisonnier
Sale trogne, debout au milieu de sa cellule
On parle, mais il ne répond pas.
On insiste, il finit par répondre.
"le diable, c'est le diable
Des monstres, ce sont tous des monstres"
"je n'avais pas le choix, je l'ai fait, mais c'était pour son bien"
Il se précipite contre le mur, et se frappe la tête. Le temps que Wilford prévienne l'adjoint, il est inconscient.
Queen, selon ses plaques
"Vous expliquerez à Bill"
On retrouve Bill au Saloon.
Il nous emmène à la casse
Il appelle les chiens, mais ils ne viennent pas. Ça inquiète tout le monde.
On sort de la casse, et on arrive chez Joe.
Volets fermés, porte qui claque au vent
Grange fermée. Wilford tente de l'ouvrir , sans succès
Maman et moi rentrons dans la maison, bientôt suivis par Bob
Cafarnaum
Gros bonhomme dans un fauteuil
Maman le touche avec sa batte. Il se réveille en criant. Ses hurlements se transforment en insultes
Bill revient, parvient à le calmer
L'autre raconte s'être faire mordre par ses chiens, et être patraque depuis.
S'ils veulent une voiture, ils devront se débarrasser des chiens.
Isabela ouvre la porte.
Elle jette une grenade en se relevant. Elle touche
Wilford tue un chien. J'en touche un, sans effet.
Les chiens entourent isabella. Ils tentent de la mordre. L'un y arrive à la main.
Bob le rate
Isabela tue le chien qui la mord
Wilford tue le troisième
Isabela le dernier
Premier soin
[WIP]

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Jeu 11 Oct - 14:17

Isabella a perdu un bout de doigt
On retourne voir Joe
Isabella trouve Bill à terre, surmonté par Joe, comme s'il lui faisait du bouche à bouche.
S'approchant, Joe se retourne, la bouche pleine de sang. Il mangeait Bill !
Aveugle, je ne peux pas me défendre. Isabella donne un coup de batte à Joe, qui chancelle. Après avoir griffé Isabella au visage, Joe vomit. Il devait vraiment être très malade...
En panique, Isabella et Wilford s'enfuient.
Bob les suit.
Une fois dehors, le groupe se retourne et fait face.
Wilford fini par l'abattre.
Fouille : des clefs de voiture, des outils et une bouteille de Jack Daniels
Pendant que Wilford fouille, les autres partent vers la maison.
On trouve Bill mort à terre.
Pendant que Willie va inspecter les voitures. Isabella refait sa trousse de soin, et moi je rempli un sac de nourriture et d'alcool
Joe trouve un pistolet sur le sheriff, et une belle étoile brillante.
On se met en route vers le restaurant des Andersons.
En passant devant, Bob et Wilford voient un homme adossé à une paroi métallique mangeant ce qui ressemble à un bras humain.
On ne s'arrête pas.
On arrive au piton.
On se présente à la barrière.
Personne.

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Jeu 25 Oct - 10:43

Bob monte à la tour de guet. Il y trouve une mitrailleuse, des munitions et des jumelles. De là-haut le camp semble avoir été abandonné depuis longtemps, à part quelques traces d'activité plus récentes.
Wilford, en faisant le tour du camp, tombe sur un tas d'ordure.
Bob jette un oeil alentour avec les jumelles et constate que le pont est explosé en son centre. Le trou est surmonté de deux planches. Sur le piton, il distingue un cube de béton de 2 m de côté.
Le groupe s'intéresse ensuite au baraquement.
En en faisant le tour, Wilford et Bob voient à travers les fenêtres deux bureaux, avec des rangements pour des armes, et deux portes. Au delà de ces deux portes, on ne voit rien à cause des ouvertures, trop hautes et presque aveugles. On n'entend que des bruits, comme un mélange de crépitements et de grésillements.
Bob rentre, bientôt suivi de nous autres. Il éteint la radio qui était à l'origine des bruits. Sur un tableau on voit un planning d'affectation des gardes, qui n'est plus mis à jour depuis 3 mois.
En fouilant les bureaux on trouve un manifeste d'entrée-sortie, pratiquelent vide.
On trouve aussi un listing avec les personnes présentes dans la base, divisées en trois groupes : les militaires avec Queen et Powell, les civils comme Mephisto et Pénélope, et les prisonniers, 10 personnes environ.
Wilford ouvre la porte de gauche et tombe sur une salle d'eau.
Bob ouvre la porte de droite et tombe sur un dortoir. On y trouve le journal de Queen, qu'Isabella prend le temps de lire.
Dans le journal : il y a 6 mois depuis l'arrivée de Mephisto l'atmosphère est devenue lourde, pesante. Autre entrée : de l'ennui. Il y a 5 mois on a annoncé au soldat qu'il devra refaire un mois de garde.
Pendant qu'Isabella lisait, Bob a vu arriver un fourgon. Un gars en est descendu : celui aperçu au restaurant. Il ouvre la porte arrière : 10 personnes dépenaillées en sortent.
Bob déboule dans le baraquement en hurlant : "Il y a des mecs qui arrivent, planquez-vous !".
Tout le monde se réfugie dans la tour de guet, alors que la bande de 10 gars s'approche, armés de lames et de battes.
Bob tente de tirer à la MG60 général : "clic clic". Les autres tirent comme ils peuvent tandis que les gars prennent d'assaut la tour. L'un d'eux parvient à monter, il éjecte la petite, puis tombe à son tour.
Au final, 6 se sont écroulés, il en reste 4 qui vont se réfugier derrière le baraquement.
Wilford, qui a enrailler son arme, va en chercher une autre dans le baraquement, bientôt suivi par Bob, tandis qu'Isabella prend soin de Carmen.
Les 4, montés sur le toit du baraquement, sautent sur Bob, qui prend un coup de couteau. Son pistolet explose lui blessant la main.
Une fois les derniers morts, le groupe se retourne vers le fourgon : il est déjà parti.

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Mer 7 Nov - 23:13

Nous décidons d'en savoir plus sur cet endroit.
Le pont qui nous sépare du seul bâtiment qu'on n'a pas encore exploré est dans un sale état. Le trou béant en son centre est à peine recouvert de deux planches branlantes. Mais nous parvenons tous à le traverser sans mal. Le bloc de béton qui nous attend au bout est une cage d'ascenseur. On le prend. Ça descend, sûrement parce qu'un adulte a appuyé sur la flèche qui va vers le bas. Au bout de 4 ou 5 mètres, difficile à dire, le sol arrête de trembler et la porte s'ouvre sur un couloir. Alors qu'à sa droite on a une guérite, comme celle du concierge d'un immeuble, en face on trouve une porte, fermée. À gauche de la porte il y a un digicode. Maman tape 4 fois sur le 0 au hasard, et la porte s'ouvre.
Derrière la porte, sur le mur d'en face, on est parvenu à déchiffrer un panneau. Il indiquait les baraquements à droite, et le réfectoire à gauche. Bien que le couloir de droite soit tout noir, on s'y est engagé car la lumière venant de gauche montrait des cadavres. La tête de mort dessinée maladroitement (avec quoi ?) près du panneau n'inspirait pas confiance.
Le couloir a débouché sur un dortoir, dont le centre était encombré d'un tas de matelas. De part et d'autres du dortoir des portes ouvertes donnaient sur d'autres pièces, noires comme des bouches prêtes à nous avaler. On voyait au dessus de nous une coursive à l'étage. Bob a commencé à faire le tour par la droite. Pendant qu'il étudiait les environs, Maman a fouillé le tas de matelas, sans rien trouver. En rentrant dans la pièce de droite, Bob a vu deux silhouettes, debout dans le noir. Maman, curieuse, est entrée dans cette partie du dortoir et a poussé l'un des corps, qui est tombé, comme mort.
En faisant demi-tour, Bob et moi avons vu bouger le tas de matelas. Maman, restée en arrière, a crié : quelque chose l'attaquait dans le noir. En voulant aller l'aider, Bob s'est étalé de tout son long, et s'est fait attaquer à son tour. Resté à l'entrée de la pièce, j'ai éclairé tout le monde, en jetant des coups d’œil derrière moi pour surveiller le tas de matelas. Wilford, lui, est parti aider Bob, mais sans vraiment y parvenir. Maman a sorti son pistolet et a tiré, mais elle n'est pas parvenue à tuer son attaquant. Wilford a lancé sa clé à molette, mais elle a atterri dans la tête de Bob. Pendant ce temps là Maman, tombé par terre, se débattait. Elle m'a dit qu'il essayait de lui faire des bisous, mais je ne suis pas débile : il a essayé de la mordre.
Il a fini par la lâcher.
Bob a achevé son assaillant à son tour
Alors que Wilford cherchait sa clé à molette, deux autres gardes sont entrés dans la pièce.
Hurlante, j'ai couru vers maman. Les gardes ont attaqué Wilford alors qu'il cherchait sous un lit.
Maman, Bob et Wilford ont combattu les nouveaux assaillants, et ont fini par les abattre.
De l'autre côté du dortoir, il y avait des douches. Là aussi on a vu deux silhouettes, debout, dans le noir.
Sans prévenir, Maman, Bob et Wilford les ont massacrés.
Ils ont arrêté de tirer seulement une fois sûrs que plus rien n'était vivant à ce niveau.
J'en avais les oreilles qui bourdonnaient.

Je ne suis pas sûre de reconnaître encore Maman...

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Jeu 29 Nov - 11:54

"Laissez vous faire, ça va bien se passer."
La voix dans le haut parleur était calme, presque rassurante. Pourtant nos amis savaient ce que ça voulait dire.
Les zombies sortaient de la salle d'examen numéro 1, toujours plus nombreux, toujours plus énervés. Ils avaient beau n'avoir ni dent ni griffes, leur assaut était violent.
Wilford, tirant une rafale de son fusil automatique, a abattu deux des assaillants, mais des balles perdues ont fauché Bob au passage, tué sur le coup.
Une heure durant, les zombies infatigables ont frappé, et grogné, et léché le sang, et frappé encore.
Isabella, puis Wilford sont tombés inconscients sous les coups.
La petite Carmen, profitant du chaos ambiant, s'est réfugiée sous les lits pour se faire oublier.
Elle a pu ainsi voir le calme revenir, les zombies s'arrêtant, hébétés, jusqu'à sembler dormir debout.

Puis la porte de la salle s'est ouverte. Une personne en combinaison de protection orange (Pénélope ?) est entrée, précautionneusement.
Elle a sorti un par un les corps des membres du groupe de la salle de repos.
Elle est ensuite revenue et, comme sachant qu'elle était là depuis longtemps, extirpa Carmen de sous son refuge pour l'assomer immédiatement.

Elle n'a repris connaaissance qu'une fois attachée sur une table d'examen, froide et grise.
Entourée d'Isabella et de Wilford, elle a un moment espéré pouvoir s'en sortir, mais cet espoir a pris fin quand elle a vu les yeux Mephisto qui les scrutait. Ils étaient fous, vides et froids.
S'approchant des restes de Bob "Dommage"
Examen de W et I
Carmen : bon cobaye.
Utilisant un livre, "La traversée du Styx", le bon docteur a pratiqué des rites vaudou sur Bob, sans succès apparant, puis sur Carmen, provoquant sa mort.

Le groupe repris soudain conscience, dans une lumière spectrale. Ils se tenaient debout, en ligne en face d'une unique personne. Chacun aurait pu jurer qu'il avait devant lui son double.
Il semblait déçu.
Cette entité leur expliqua qu'elle attendait d'eux qu'ils ramênent Méphisto, et les renvoya dans une lumière éblouissante.

Isabella et Wilfod se réveillèrent, attachés à une table d'examen. Ils n'ont eu que le temps d'apercevoir Mephisto, extrèmement rajeunit.

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Julien L le Jeu 13 Déc - 9:41

Dallas est brulé de face, forte odeur de brulé
Isabelle et Bob se réveillent, et voient la lumière s'allumer. Mephisto, rajeunit, leur dit au revoir.
Dallas se réveille, assis près de l'entrée. Carmen, perdue dans ce nouveau corps, décide d'aller chercher sa mère.
Aidée de sa mère, elle la libère, puis s'occupe de W et de Bob.
Sortant de la pièce, ils trouvent Pénélope assise dans une flaque de sang, morte, le crâne fracassé.
Dans un bureau, ils trouvent des traces d'expériences récentes.
Selon les rapports, elles étaient ratées : les résultats étaient stupides.
Le médecin espérait utiliser sur lui même ses découvertes.
Email d'échanges avec Weyland : lui envoi de nouveaux cobayes.
Méphisto indique avoir trouvé une solution. Weyland lui envoie des renforts pour l'accompagner dans une nouvelle base "Prescott".
Isabelle trouve une tenue d'infirmière.
Près de la sortie, on entend une alerte "La base est attaquée".
On s'habille à l'étage.
4 soldats armés et en armure passent et descendent. On les laisse passer.

Julien L

Messages : 42
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zombie - Mobilité Morbide

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum